Tu n'as qu'à oublier

Spectacle en cours de création.
Genre : Récit de vie, théâtre et musiques originales.
Public : Adulte à partir de 16 ans.
Durée estimée : 1h15mn.

LE SPECTACLE

À travers le deuil, Clara revisite la relation à sa mère entachée d’incompréhensions, de silences, de secrets… d’un fardeau qui pèse lourd sur ses épaules.
Entre réalité, imaginaire et fantasme, vous serez transporté par l’histoire de Clara, par ses tentatives de reconstruction en tant que femme, par son besoin de se reconnecter à ses ancêtres, à ses racines disparues en Roumanie, la terre d’exil de sa famille juive. Elle en est persuadée, là bas, elle y trouvera la force d’affronter le deuil et le secret qui la lie à celle qui vient de mourir.
Un récit de vie raconté et incarné par Katia Polles avec force, audace et beaucoup d’humour.

DISTRIBUTION

Idée originale, Coécriture et Interprétation : Katia Polles
Coécriture et Mise en scène :
Charlotte Clément
Musique originale :
Stefan Mandine
Conseillère chorégraphique :
Aude Cartoux
Costumes
: Axelle Terrier
Regard costumes : Virginie Bréger
Décor : En cours
Création lumière : Élodie Michon 
Régie : En cours
Affiche : En cours

Katia Polles

Depuis une dizaine d’années, Katia invente et raconte des histoires. Mais pas n’importe quelles histoires, celles inspirées de ses origines juives dont on ne comprend pas forcément le sens et qui ont un goût d’absurde et de fantaisie.

Elle affirme la différence comme le noyau central de son travail et se sent missionnée d’une tâche : aborder la peur de l’étrangeté́ et le rejet de l’autre dans sa dissimilitude.
Jusqu’en 2019, Katia conte des histoires destinées au jeune public et aux familles puis elle s’associe à Fatiha Sadek pour créer le spectacle « Frissons intimes, récits érotiques de femmes. » Un spectacle écrit à partir de leurs propres expériences et de confidences collectées. 
Cette expérience marque un tournant dans la carrière de Katia et renforce son désir d’être à la fois autrice et interprète. Convaincue que l’intime rejoint l’universel, c’est avec audace qu’elle décide de se lancer dans l’écriture d’un récit de vie, inspiré par la mort de sa mère. Ce projet, fort, sensible, bouleversant, ne pouvait aboutir sans le soutien de Charlotte Clément. Trois ans plus tard, le spectacle « Tu n’as qu’à oublier ! » est en train de naitre.

Notes de mise en scène

Le deuil, l’absurdité du monde, les secrets de famille, les relations mère-fille, les racines envolées, les souffrances du passé mises sous silences dans un contexte historique terrifiant, l’inceste, la libération de la parole, les tentatives de reconstruction, sont autant de thèmes qui rendent ce récit de vie universel.

La mise en scène mettra en évidence une écriture cinématographique qui bascule subtilement du présent au passé en passant par les fantasmes qui s’imposent avec délice dans la tête de notre héroïne, Clara.

La comédienne et conteuse Katia Polles raconte et joue son histoire en incarnant Clara et plus de 20 personnages, sa famille, des plus proches aux plus éloignés et toutes celles et ceux que nous croisons par obligation ou par hasard et qui parfois bousculent nos vies. Elle évolue dans un espace épuré avec pour seul décor une chaise, celle d’une chambre, celles des administrations, celle qui se transforme en baignoire, en chaise de restaurant… L’espace est structuré par les lumières et les musiques originales de Stefan Mandine qui nous transporteront dans ce voyage de la France à la Roumanie et celui, plus puissant, du voyage intérieur de Clara.

Une mise en scène minimaliste mêlant récit, théâtre et mouvement mis au service d’une comédienne qui a le courage de nous livrer son intimité avec pudeur, fragilité, courage, folie et beaucoup d’humour.

Notes d’intention

L’urgence de dire :
– Dire comment, dans notre société, la mort est taboue et mercantile.
– Dire les ravages des secrets enfermés au sein des familles.
– Dire comment le manque de transmission intergénérationnelle autour de l’exil, du déracinement, des maltraitances peut faire des dégâts.
– Dire comment les abus sexuels et leur silence sont source d’enfermement pour beaucoup de femmes.
– Dire que la réparation et la résilience sont possibles grâce à la parole.

Pour ces « dires », notre écriture se veut à la fois joyeuse, surprenante et profonde.
Pour ces « dires », notre écriture navigue entre réalité sombre et légèreté de l’imaginaire.
Pour ces « dires », notre écriture est emprunte de subjectivité décalée, de drôlerie et de poésie.

Cette écriture qui a commencé en 2018, qui s’est en partie faite en plein confinement, en cette période pendant laquelle notre liberté a été toute relative, pendant laquelle nos liens familiaux ont été coupés, pendant laquelle certain.e.s n’ont pu ni enterrer leur mort ni les accompagner… Ecrire en cette période de solitude à renforcé notre désir de créer et de partager ce spectacle qui interroge chacun.e sur son histoire personnelle, sur ses secrets de famille, sur la nécessité de la transmission, sur le pouvoir de la parole.
Voici une des questions que nous aimerions faire germer chez les spectateurs/trices : Où en suis-je dans ma transmission avec mes parents et mes enfants ?

Les Vagabonds des Étoiles